revenus passifs

Top 3 des revenus passifs à connaître pour passer à l’action

Les revenus passifs font couler beaucoup d’encre, et on entend tout et son contraire à leur propos.

L’idée ici est donc de vous présenter ce qu’est un revenu passif, différentes formes que vous pouvez mettre en place et les avantages que vous pouvez en retirer.

Un revenus passifs est une forme de résilience, c’est à dire qu’il vous permet de rebondir en cas de difficultés financières.

Les revenus passifs peuvent se diviser en trois catégories, que vous pouvez, à votre niveau, mettre en place. Il s’agit des revenus du capital, des revenus de la création et des revenus passifs de la connaissance.

 

C’est quoi un revenu passif ?

Le terme de revenu passif est souvent employé à tort et à travers. Et cela va un peu plus loin que de gagner de l’argent sans rien faire.

Selon Wikipédia, « un revenu passif est une forme de revenu qui représente un flux de trésorerie perçu sur une base continue qui demande un minimum ou aucun effort de suivi de la part de son bénéficiaire pour le maintenir ».

Ce type de revenu est plus courant qu’on ne le croit, et relativement facile à mettre en place. Tout le monde peut développer une ou plusieurs sources de revenus passifs.

Attention cependant. Si un revenu passif entraîne effectivement un flux de revenus continus sans effort à faire pour toucher le dit flux de revenus, il y a un quand même un fort investissement à faire en temps et/ou en argent.

Cet investissement se fait au début, lors de la mise en place du revenu passif.

Vous devrez en effet, en fonction de ce dernier, créer, diffuser, mettre en ligne, acheter, dépenser et y passer une ou plusieurs heures.

Mais le jeu en vaut la chandelle.

Car une fois le système mis en place, cela tourne tout seul ou presque.

Il peut y avoir un ou deux ajustements à faire de temps en temps.

Vous consacrez donc du temps et de l’argent une fois, et vous gagnez tout le reste du temps.

C’est la magie des revenus passifs.

 

Pourquoi avoir des revenus passifs ?

Oui, pourquoi devriez-vous passer à l’action ?

Notre société est axée sur le mode consomme, travail et tais-toi. Et avoir un travail est important, si cela entre dans votre mentalité et votre état d’esprit.

Pour ma part, j’ai eu différentes casquettes dans ma vie professionnelle, que ce soit en tant qu’employé ou en tant qu’entrepreneur.

Je vous avoue que je préfère la casquette d’employé, pour la sécurité qu’elle procure au quotidien : même salaire mensuel, congés payés et mutuelle. Si vous avez de la chance, un bon comité d’entreprise vient vous offrir quelques bonus.

Mais à mon sens, cela n’est pas suffisant. Il est en effet dangereux de dépendre d’une seule source de revenus.

En effet, vous pouvez perdre votre emploi, tomber malade ou avoir ce que l’on appel un accident de la vie. Mais vous pouvez également subir des désagréments ou un choc sociétal.

Dépendre d’une seule source de revenu, c’est s’exposer à une baisse possible de revenus et risquer de ne plus pouvoir faire face aux dépenses de la vie courante.

Une solution consisterait donc à prendre un second job, ou bien encore à lancer une petite entreprise.

Mais votre temps n’est pas extensible, et cela demande du courage, de la motivation et beaucoup de temps.

Et si vous êtes déjà entrepreneur, le problème reste le même.

Attention, je ne dis pas que cela est infaisable. Je vous préviens juste qu’il y a plus simple.

Et ce sont justement les revenus passifs qui vous offrent cette simplicité.

Pour mettre en place vos premiers revenus passifs, je vous propose trois pistes de réflexion : les revenus du capital, les revenus de la création et les revenus de la connaissance.

 

Les revenus passifs du capital

Bouh, le vilain mot. Et oui, le mot capital est connoté d’une image sulfureuse.

Pourtant, le mot signifie avant tout « la somme des biens et argent dont on est propriétaire ».

Vous êtes propriétaire d’une voiture ? Vous avez du capital. Vous avec 5 euros sur vous ? Vous avez du capital. Vous avez des vêtements ? Même punition.

Est-ce que cela fait de vous un méchant capitaliste ? Non. Pourtant, votre capital vous apporte déjà des avantages, directement ou indirectement.

Vos vêtements vous protègent du froid, votre voiture vous permet de vous déplacer, vos 5 euros d’acheter à manger.

Et bien, puisque vous exploitez votre capital pour des avantages en nature, pourquoi ne pas en tirer des revenus passifs ?

Vous trouverez ci-dessous deux exemples de revenus passifs que vous pouvez tirer de votre capital. Et deux exemples bien différents.

1) les dividendes

Le dividende est une somme versée à un actionnaire par une entreprise. Lorsqu’une personne achète des actions, l’entreprise peut lui verser une rétribution, sous forme de dividendes.

Il s’agit d’une récompense pour lui avoir fait confiance, avoir investi en elle. Car acheter une action d’une entreprise, c’est détenir une part de cette entreprise.

Cette forme de revenus passifs s’appuie sur cette récompense : un versement régulier de liquidités.

Avantages :

 

  • versement régulier.

 

  • ne pas avoir besoin de suivre la bourse, contrairement au traiding.

 

  • faible coût d’entrée possible.

 

Inconvénients :

 

  • savoir quelle action acheter pour entrer au bon prix.

 

  • nécessite un investissement financier.

 

Si vous voulez savoir comment investir en bourse, rendez-vous sur cet article.

 

2) Les intérêts

Et si vous vous serviez de votre argent pour financer et soutenir l’économie réelle ?

Le principe est fort simple : beaucoup de petites et moyennes entreprises cherchent des financements, des entrepreneurs ont besoin de fonds pour se développer, des investisseurs veulent investir à plusieurs.

Il existe des plate-formes de financement participatif spécialisées dans ce type de financement qui mettent en relation ceux qui ont de l’argent et ceux qui en recherche.

En voici la liste.

Les banques ne jouant plus leur rôle de soutien à l’économie, ce type de demande est en pleine expansion.

Pendant toute la durée où vous allez prêter de l’argent, vous allez percevoir des intérêts sur la somme que vous avez prêté. En moyenne 8% d’intérêts. Et bien sûr, vous allez récupérer votre capital, soit tout à la fin, soit au fur et à mesure.

Avantages :

 

  • possibilité de prêter dès 20 euros, voir moins.

 

  • retours rapides

 

Inconvénient :

 

  • risque d’insolvabilité des bénéficiaires

 

Les revenus passifs de la création

Les revenus de la création sont les revenus issus de choses dont vous êtes à l’origine, que vous avez fabriqué, créé.

Ces produits vous appartiennent, vous avez la mainmise dessus. Et vous touchez des droits sur les ventes : les droits d’auteur.

Le plus dur à choisir pour ce type de revenus passifs est le modèle de diffusion. Car si votre produit n’est pas diffusé, il ne sera pas vendu, et vous ne toucherez pas de droits d’auteur.

Vous avez deux choix pour avoir des revenus passifs issus de la création.

 

a) Les produits physiques

Ces produits sont ceux qui rapportent le plus, mais qui sont les plus durs à créer. Que ce soit des livres, des films ou encore des inventions, il faut engager beaucoup de temps et beaucoup d’argent pour les réaliser. Et choisir un bon modèle de diffusion pour les faire connaître : édition, franchise, label, cession.

Mais si vous réussissez à créer le bon produit, vous êtes assuré d’avoir des revenus passifs conséquents.

 

Avantage:

 

  • retours élevés

 

Inconvénients :

 

  • investissements en temps et argent important.

 

  • canal de distribution à bien choisir.

 

b) Les produits digitaux

Ce type de produit est de loin mon préféré, car facile à mettre en place. Un produit digital est un produit numérique, qui n’a pas de support physique.

C’est le cas d’un e-book, comparé à un livre. Même si le contenu peut exister sous les deux formes.

Presque tous les produits physiques peuvent être adaptés sous forme digitale, et les outils d’aujourd’hui permettent un large spectre de diffusion et de modèles économiques.

Pour ma part, je diffuse mes e-books sur Amazon (et des plates-forme spécialisées pour mon jeu), et également sur 1TPE pour permettre à d’autres de vendre mes créations.

Vous pouvez également aller sur Udemy pour vendre les formations que vous avez créée, ou sur Etsy pour vendre d’autres types de produits digitaux (ou même physiques).

 

Avantages :

 

  • facilité de création

 

  • grand choix de diffusion

 

  • faible investissement en temps et argent

 

Inconvénients :

 

  • produits noyés dans la masse.

 

  • prix peut élevés.

 

Les revenus passifs de la connaissance

Ce type de revenus n’est pas palpable en soi. Car il s’agit ici de d’investir du temps et de l’argent sur vous. Oui, en vous formant, en lisant, en misant sur vous, vous allez dégager un revenu particulier : celui de la connaissance, de la liberté, du libre-arbitre et de l’adaptabilité.

Vaste programme, non ?

Vous connaissez l’adage :

 

« donne un poisson à un homme, il mangera une journée.

Apprends lui a pêcher, il mangera toute sa vie. »

Et bien c’est exactement cela. Ouvrez votre esprit au monde, soyez curieux, et vous n’aurez plus jamais faim.

Vous pourrez voir les opportunités qui s’offrent à vous, agir et réagir aux imprévus, et être plus serein. Et je parle par expérience.

Pour développer vos revenus de la connaissance, de multiples solutions s’offrent à vous :

les bibliothèques, internet, votre Compte Personnel de Formation, les événements locaux, les voyages et j’en passe.

N’oubliez pas : le bonheur n’est pas au bout du chemin, le bonheur est le chemin.

Avantages :

 

  • ouverture au monde.

 

  • réactivité.

 

  • meilleure vie.

 

Inconvénients :

 

  • investissement en temps important.

 

  • coût variable.

 

Les intérêts composés

Que faire de vos revenus passifs ? Deux possibilités s’offrent à vous : les consommer pour améliorer votre qualité de vie ou bien les réinvestir. Un mix des deux est bien entendu possible.

Je ne vais pas vous en dire plus sur le choix d’amélioration de votre qualité de vie, c’est à mon avis un aspect essentiel. Nous voulons toutes et tous vivre mieux.

Par contre, je voudrais mettre en avant un principe de l’investissement, celui des intérêts composés.

Ce principe est attribué à Albert Einstein, qui le qualifiait de plus grande force de l’univers.

Les intérêts composés fonctionnent ainsi : les intérêts versés sont intégrés au capital pour le calcul des futurs intérêts.

C’est un effet boule de neige : plus le temps passe, et plus la boule grossie, car en roulant, la boule intègre de plus en plus de neige à sa structure.

Prenons un exemple de 1000 euros investis à un taux de 10% annuel.

Au bout d’une année, votre investissement vous a rapporté 100 euros (10% de 1000 euros). Votre capital est donc de 1000 euros + 100 euros soit 1100 euros.

Mais la deuxième année, les intérêts sont calculés sur 1100 euros (et non plus sur 1000). Vous percevez donc 110 euros d’intérêts, pour un total de 1210 euros.

La troisième année, les intérêts sont de 121 euros (10 % de 1210) , et votre capital gonfle à 1331 euros.

La dixième année, votre capital est de 2590 euros.

Il faut retenir ici que les intérêts composés produisent des intérêts sur les intérêts.

C’est un mode de rémunération beaucoup plus intéressant et profitable que les intérêts simples.

Et cette force de l’univers que sont les intérêts composés gagne en puissance avec le temps qui passe.

Si vous voulez développer la puissance des intérêts composés, vous devez réinvestir une partie de vos revenus passifs dans la construction d’autres revenus passifs.

Si vous créez un revenu passif axé sur les dividendes, vous devez acheter d’autres actions qui vont à leur tour engendrer d’autres dividendes.

Si vous financez des projets, une fois votre capital remboursé et les intérêts versés, financez à nouveau d’autres projets.

Si vous créez des produits physiques ou digitaux, continuez à en créer régulièrement.

Et bien sûr, quand vos avez lu un livre, lisez en un autre. A un moment, vous ferez des liens et des associations d’idées entres plusieurs sujets, ouvrant votre champ des possibles.

Et bien évidement, les bénéfices d’un revenu passif peuvent servir à financer un autre revenu passif.

Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier.

 

Le sujet des revenus passifs me passionne, et je cherche constamment à m’en créer.

Pour ma part, j’ai axé ma stratégie sur les revenus passifs de type dividendes et sur les produits digitaux.

Cela me permet de gérer au mieux le ratio temps/investissement/vie pro/vie perso.

C’est à vous dorénavant de voir ce qui vous correspond le mieux, et de vous lancer.

Le meilleur moment, c’est maintenant.

 

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *